balle plastique

L’emballage plastique a-t-il sa place dans une économie circulaire ?

tAvec des modes de consommation en évolution, incarnés dans de nouvelles réglementations qui privilégient la réduction des déchets, la réutilisation, et le recyclage , nous évoluons vers une économie circulaire. Elle consiste à produire des biens et des services de manière durable en réduisant au strict minimum le gaspillage de ressources. Certains s’interrogent aujourd’hui : l’emballage plastique peut-il avoir sa place dans une telle économie ?

Les fonctions de l’emballage

Le CGDD, Commissariat général au développement durable, évalue l’emballage en moyenne à environ 8% de l’impact carbone d’un produit (1). Qu’ils soient en plastique ou autres, ils ont pour fonction première de protéger et conserver les produits. Ils permettent aussi de bonnes conditions d’hygiène, lors du transport par exemple, et donnent des informations : mode d’emploi, date limite de consommation, nutriscore, composition, allergènes…

L’emballage plastique : un atout pour l’économie circulaire

Les entreprises de l’emballage plastique travaillent à l’écoconception des produits, ce qui permet aux plastiques d’avoir le meilleur bilan carbone de tous les emballages (2).

Aujourd’hui, 65% des emballages plastiques sont recyclables (4). 15% ont des filières de recyclage en développement.

D’ici 2025, tous les emballages devront disposer d’une filière de recyclage (décret 3R, en application de la loi AGEC).

Les industriels progressent en matière d’écoconception. Ils introduisent également de plus en plus de matière recyclée. En effet, l’avantage environnemental est considérable lorsqu’on utilise des matières recyclées en substitution de matières vierges : jusqu’à 17 fois moins de CO2 et jusqu’à 9 fois moins d’énergies non renouvelables pour leur production.

Dès le premier kilo de matière recyclée utilisée, il y a une économie carbone quantifiable, et qui peut être quantifiée grâce aux certificats délivrés. Les plasturgistes et donneurs d’ordre peuvent désormais apporter la preuve de leurs efforts et justifier leurs choix (3)

L’exemple de la bouteille Volvic*

Depuis 1995, Volvic a réduit de 30 % la quantité de plastique utilisé pour ses bouteilles.

A partir de 2008, Volvic incorpore du PET recyclé pour fabriquer les bouteilles de 1,5l. L’utilisation de 25% de PET recyclé permet de réduire de 11% l’empreinte carbone.

En 2010, Volvic introduit dans le plastique des bouteilles un composant d’origine végétale, la mélasse de canne à sucre, ressource renouvelable qui limite le recours à l’énergie fossile. La nouvelle bouteille Volvic est donc à 20% végétale et recyclable à 1*0%. Elle est plus légère de 12%, et offre les mêmes garanties au consommateur pour la qualité de l’eau minérale.

* Ania : www.ania.net/espace-pro/developpement-durable/bonnes-pratiques/emballages

Les industriels travaillent à des emballages plastique plus circulaires

Outre la recyclabilité des emballages et l’intégration de matières recyclées pour réduire l’empreinte environnementale des produits, les industriels investissent et travaillent à l‘éco-conception des emballages. Ce qui peut passer par : 

  • La réduction du nombre de matières utilisées pour faciliter le recyclage en fin de vie : en minimisant les mélanges de matières, on facilite leur tri au centre de tri, et on simplifie le recyclage.
  • L’allégement : il s’agit de réduire les quantités de matières utilisées pour la fabrication de l’emballage plastique. Pour ne donner que quelques exemples, on utilise moins de matière qu’il y a 20 ans
    * moins 82 % pour les sachets de fruits et légumes
    * moins 20 à 25 % pour les bouteilles d’eau
    * ou encore -50 % pour les bouchons de bouteilles
  • ou encore, l’introduction de nouvelles matières biosourcées, notamment issues de déchets et compostables. Il s’agit d’une tendance. En 2021, 2,5% des emballages plastiques sont d’origine biosourcée et ce chiffre augmente.
  • D’autre pistes sont à l’étude.


Source du schéma : Guide IPC, Introduction à l’économie circulaire – Comprendre les enjeux pour le secteur de la plasturgie

 

[Les idées reçues sur l’emballage]

[Les actualités]

 

 

(1) Magazine RIA – Dossier « L’emballage, c’est 8 à 10 % de l’impact carbone d’un produit alimentaire » – 12 février 2021
(2) Most alternatives to plastic packaging “emit more greenhouse gases”, report finds – 7 juillet 2020
(3) SRP : Communiqué de presse : certificats économie carbone
(4) un emballage recyclable est un emballage qui peut être trié puis orienté vers une usine qui le transforme en matière recycle. Définition Citéo.